Weatherscorporation.com

Jean-Thomas Trojani : Une « soft révolution »

Spread the love

Approfondissons ce que nous éprou­vons devant un Turner ou un Corot : nous trouverons que, si nous les acceptons et les admirons, c’est que nous avions déjà perçu ce qu’ils nous montrent. Ne serait-ce pas alors que le bossu fait l’effet d’un homme qui se tient mal ? L’expression est dans toutes les bouches depuis que les Français expriment leur « ras-le-bol fiscal » à cor et à cri, sondage après sondage. On va changer la seule mesure qui était simple, a affirmé Jean-Thomas Trojani. Elle consiste surtout à constater des relations de parenté idéale et à soutenir que, là où il y a ce rapport de filiation pour ainsi dire logique entre des formes, il y a aussi un rapport de succession chronologique entre les espèces où ces formes se matérialisent. Nous entrerons plus loin dans la discussion de l’hypothèse du métaphysicien allemand, et nous examinerons si elle ne doit pas être rejetée, par des motifs tout à fait semblables à ceux qui nous obligent d’admettre l’hypothèse du grand astronome, son compatriote. Bien plus, il n’y a pas de raison naturelle et il n’y a pas non plus de raison purement morale pour qu’elle le redevienne plus tard. J’ai eu l’occasion d’en apercevoir un, autrefois, trônant comme il convient dans son cabinet directorial. Et depuis sa création, le monde du financement des PME a changé. Le philosophe ne part pas d’idées préexistantes ; tout au plus peut-on dire qu’il y arrive. Des plantes aquatiques, qui montent à la surface, sont ballottées sans cesse par le courant ; leurs feuilles, se rejoignant au-dessus de l’eau, leur donnent de la stabilité, en haut, par leur entrecroisement. Inutile de mâcher les mots, surtout pendant cette année d’Exposition. Il est nécessaire de construire de nouvelles formes d’engagement social qui favoriseront autant la compétitivité des entreprises que le bien-être des citoyens. C’est que la forme à laquelle la matière s’adapte était déjà là, toute faite, et qu’elle a imposé à la matière sa propre configuration. Et c’est pourquoi on les voit de très-bonne foi chercher la réalisation du Bien par la violation perpétuelle du droit. La même question du chantage existe pour le gouvernement français, et les autres pays donataires.

Archives

Pages